Les glucides ont mauvaise presse depuis un bon moment déjà; nous n’avons qu’à penser à la fameuse diète Atkins qui a fait des glucides l’ennemi numéro un dans la guerre contre le surpoids. Depuis, le conseil qu’on entend souvent pour perdre du poids : « couper les glucides ».

Il s’est créé au fil des années une vraie peur face aux glucides. Je croise beaucoup de clientes qui désirent perdre du poids, qui s’entraînent 5 fois par semaine et qui ne consomment presque pas de glucides, parce qu’elles sont persuadées que les glucides font « engraisser ». Si vous faites de l’exercice régulièrement, avec une bonne intensité, et que vous consommez trop peu de glucides, non seulement vous ne perdrez pas plus rapidement du gras, mais vous vous ferez plus de mal que de bien sur le long terme :

• Diminution du métabolisme thyroïdien
• Augmentation de la production de cortisol
• Diminution de la production de testostérone
• Perte de masse musculaire
• Diminution du système immunitaire
• Difficulté cognitive et mauvaise humeur

En termes clairs, vous aurez de plus en plus de difficulté à perdre du gras, vous n’aurez pas une bonne énergie dans vos entraînements et vous tomberez malade facilement.

Cela dit, peu importe la quantité de glucides que vous devez prendre, vous ne pouvez que très rarement faire de compromis sur la qualité. Le choix de vos glucides est déterminant dans l’atteinte de vos objectifs. Le point positif ici, c’est que vous pouvez facilement mettre dès maintenant cet aspect en place en choisissant des glucides de bonne qualité : fruits frais, riz, patate douce, pomme de terre, quinoa, légumineuses, etc. Là où vous aurez besoin davantage d’un professionnel, c’est pour évaluer l’aspect quantitatif des glucides, car plusieurs facteurs sont à prendre en considération : âge, poids, objectif, niveau d’activité physique, profil hormonal, etc.

Est-ce que les glucides font engraisser? Non. Une mauvaise combinaison des aspects qualitatif et quantitatif, oui!

RÉFÉRENCES
Lane AR, Duke JW, Hackney AC. Influence of dietary carbohydrate intake on the free testosterone: cortisol ratio responses to short-term intensive exercise training. Eur J Appl Physiol. 2010 Apr;108(6):1125-31.

Bisschop PH, et al. Isocaloric carbohydrate deprivation induces protein catabolism despite a low T3-syndrome in healthy men. Clin Endocrinol (Oxf). 2001 Jan;54(1):75-80.

Spaulding SW, et al. Effect of caloric restriction and dietary composition of serum T3 and reverse T3 in man. J Clin Endocrinol Metab. 1976 Jan;42(1):197-200.